D'aussi loin qu'elle se rappelle Sylve pratique la peinture. Domiciliée en Provence entre Avignon et Nîmes elle est née en 1960. Sylvette Dauchet peint tout ce qui la trouble, soulève son cœur et son âme. Son art n'est jamais statique il est libéré. ses gestes dynamiques rythmés par la musicalité de ses couleurs, proposent en mouvements et épaisseurs variables d'infinis voyages colorés.

" Un seul moteur dans ma vie la peinture et son histoire ". BAC en poche ce sont les Beaux-Arts d'Avignon puis ceux de Saint-Étienne dans la Loire où j'ai eu le bonheur de pratiquer la gravure avec Claude Weisbuch.

Au bout le Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique sur : "la mémoire de l'eau à Bagnols /Cèze ". Un temps les arts décoratifs ; fresque et décoration murale, bois céramique, et imprimerie ont nourri ma soif d'apprendre le support et la couleur ; permis de faire de belles rencontres et des projets sublimes. Un "Maitre en peinture" dont elle a découvert l’œuvre en 1977 et qui l’émeut encore à ce jour,                                                     

                                                   La fulgurante émotion de Nicolas de Staël.

«Entre ciel et terre, l'artiste. Gardien insatiable, traducteur étonné depuis la nuit des temps de cette osmose pérenne de l'homme avec la nature. L’art est plus qu’une passion c’est un chemin à vivre.                                    Mon travail est au couteau, son médium la peinture à l'huile, j'aime sa finesse incomparable et tous les possibles qu’elle propose. Avec cet outil l'idée est plus directe, le volume mis en avantplus présent.                   Les différentes épaisseurs sculptées créent à l’œil de multiples brillances.                                                                        "C’est la Vie de la toile ".

Le chemin est clair ne jamais enfermer l'idée. La construction s'étage : de la finesse de départ longuement travaillée à l'épaisseur de la finition les différents mots du ” livre” que je suis en train de peindre se succèdent dans une évidence picturale entre conscience et inconscience.                                                                             Jusqu'à la limite de l'épuisement, parfois dépassé, l'outil me guide: travail sans fin.                                                                                                                                                                                                Le parfait n'existe pas, ce qui l’est c'en est sa recherche. Peindre énergie personnelle et intime, dont la source en est toujours la beauté d'une rencontre des yeux et du cœur. Le sujet toujours.                                                      Avant d'être une force créatrice peindre est une impulsion du cœur, une communion entre deux entités la toile et moi et intrinsèquement un acte d'Amour.

                                                                                            

 

img-0482.JPG